Borderline

Publié le

Borderline

Le trouble de la personnalité        Borderline (TPB)

 ou trouble de la personnalité limite (TPL)

Borderline

 

C' est quoi ?

« Il s'agit de gens, pour la plupart des femmes, qui ont grandi avec le sentiment de ne pas avoir reçu l'attention et l'appui qui leur reviennent. Ils en sont révoltés et ils cherchent des chemins pour compenser cela dans leurs relations. Ils ont des attentes élevées et, quand leurs besoins sont à nouveau abandonnés, ils y répondent avec de la colère et du désespoir. »
    — John Gunderson, docteur américain

 

  • sentiments de vide, d'ennui
  • sentiment d'être abandonné (peur irraisonnée de l'abandon)
  • dévalorisation
  • abus de substances (alcool, stupéfiants)
  • automutilations, conduites à risque (par exemple conduire en état d'ébriété, dépenses inconsidérées), tentatives de suicide
  • intolérance à la frustration
  • fragilité narcissique : extrême vulnérabilité au jugement d'autrui
  • difficulté à identifier et à réguler ses émotions (cyclothymie)
  • trouble du comportement alimentaire (anorexie, boulimie)

 ​Tout ça me définit bien. Je pense que peu de personnes me voient réellement comme ça. Avec cette "intolérance à la frustration". Cette une partie de moi très bien enfouie, mais quand on met le doigt dessus, on se rend compte que mes réactions sont complètement innapropriées. Parce que je me défends violemment, alors que je n' ai aucune raison de me défendre : personne ne m' agresse.

 Je suis violente dans mes propos, j' y vais avec force et ténacité, tant pis si je blesse, je ne m' en rends pas compte sur le moment, et puis dans mon délire, j' ai l' impression de n' avoir rien à me repprocher. Mais quand la cricrise est passée, quand le délire est fini, il faut faire face aux dégats qui ont été causé.

 Parfois c' est un vrai désastre. Je peux aller très loin, et alors là, les dégats sont pas les mêmes. Et puisque c' est parfaitement incontrolable, ça n' arrive pas qu' avec des inconnus. Mais souvent avec mon conjoint, et parfois avec des amis (rarement). Mais dans ces cas là, qu 'est ce que je fais ? Malheuresement, je ne peux pas faire grand chose, puisque franchement, des excuses, c 'est rien pour le mal que j' ai fait.

 Le pire, c' est qu' une fois que j' ai retrouvé mon état normal, je repense à tout ce qui s' est passé, à tout ce qui a été dit, et je me rends compte que j' ai tout provoqué. Je reconnais à voix haute que j' ai déliré, que je m' excuse sincèrement. Mais même si je dis que je n' y peux rien, que je ne contrôle pas ça, le mal a été fait. Ca peut ruiner un couple et des amitiés.

 Ca ronge de l' intérieur. Ca épuise. Et puis un jour ça pourrait m' emmener en prison ou en psychiatrie. Parce que face à un parfait inconnu, quelqu' un pour qui je n' ai pas un minimum d' affection, je crois que ça irait très très loin. Je serai totalement sans limite, hors de contrôle.

 Quand je suis en crise, je sens la haine monter. Toute la rage que j' ai en moi sort d' un coup. C' est comme si dans ma tête il y avait un verre de rage, et que d' un coup le verre se penchait, et que toute la rage coulait dans mes veines. C' est hallucinant, c' est puissant, je souffre en même temps et plus je souffre, plus je me défends.

 

Borderline

Ma lettre à un psy ...

 

Imaginons qu' un psychiatre me demande comment je me sens. Je lui décrirai grosso-modo mon problème à travers un mail. Pourquoi un mail ? Parce que je vais vite à écrire avec mon clavier, et ça m' évite d' avoir à parler directement à quelqu'un, sous peine de me sentir honteuse et d' arrêter la séance. Voilà donc ce que je lui dirai :

 

  Bonjour,

 
  Je cherche à obtenir de l' aide, de l' écoute et des conseils. 
Je me sens très mal, au bout du rouleau. Je suis une maman de 24 ans, et j' ai peur de l' avenir, de mon avenir.
  S' il n' y avait que moi, j' irai me faire interner. Je souffre du trouble borderline depuis mes 16 ans environ, et je vis très mal cet état. Je suis sous paroxétine, 40mg/jour.
  Je ne sais pas quoi faire, ni vers qui me tourner. Ma vie conjugale s' effondre, mon conjoint vit un enfer auprès de moi, et récemment nous avons failli perdre nos meilleurs amis, à cause de moi. A cause d' une ultime crise de nerfs.
 Je suis malheureuse, je souffre intérieurement, mais je n' arrive pas à le dire à mes proches. Devant mon conjoint, je m' énerve puis je deviens haineuse, très blessante, parfois violente. 
  Mon quotidien est un enfer. Je me lève le matin tout va bien, mais une heure plus tard c' est le drame parce que je me sens débordée. Idem si je sens que mon conjoint m' échappe, ou que quelqu' un me prend de haut, alors que ce n' est pas le cas.
  J' ai envie d' être isolée, enfermée, cachée, pour m' empêcher de blesser mon conjoint. Je suis parfaitement consciente du mal que je lui inflige, mais je ne peux rien y faire lors de mes "délires". Et les excuses que je pourrai fournir une fois la crise passée ne sont vraiment pas à la hauteur du mal qu'il a subit. Une fois, deux fois, trois fois ... Et voilà maintenant bientôt 6 ans qu' il vit avec une personne complètement hors de contrôle.
 Je suis consciente de mes qualités : je suis très sociable, j' aime rire et faire rire. Je suis assez intelligente, dans certains domaines plus que d' autres, et je suis assez cultivée. Mais il peut suffire d' une petite émotion négative pour que tout d' un coup je me sente affreusement inutile, bête et à éviter.
 Je ressens une passion quand j' écoute certaines musiques, comme si leur rythme faisait battre mon cœur. Dans ces moments là, je n' ai besoin que de ça. Qu' on me laisse dans ma bulle, dans mon monde, dans mon univers que je m' invente. Si je viens à en sortir malgré moi, c' est la crise. Si je me sens débordée, c' est la crise. Si je me sens agressée, humiliée, rabaissée, c' est la crise.
  Je suis parfaitement consciente du mal qui sort de ma bouche, de mon âme. J' ai l' impression d' être mauvaise, comme un mauvais esprit qui rode dans une maison, qui veut vous faire fuir ...
 Je me sens délaissée, abandonnée, méprisée, mais je ne sais pas le dire. Personne ne comprend réellement qui je suis, comment je fonctionne. Moi non plus ... Une inconnue prend place dans mon corps quand je suis vulnérable.
 
C' est un peu une bouteille à la mer que je vous envoie...
 
 
 
 
3% des allemands souffrent de trouble de la personnalité borderline. "Ces patients sont très talentueux et très intelligents mais ils ont de serieuses difficultés à s'accepter eux-mêmes", déclare Thorsten Kienast, psychiatre et psychothérapeute de la clinique Schön, à Hambourg. Ils ne se sentent presque jamais satisfaits. Beaucoup sont dépressifs. Un tiers de ces patient s'évadent dans l'addiction. Presque un patient sur dix est suicidaire." (Focus online)
Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Humeurs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article